Un aperçu sur la snus en Suisse

Au court de l’année passée, 28 tonnes de Snus ont été importées en Suisse pour la consommation. Six ans plutôt soit durant l’année 2006 seulement une tonne fût importée. L’augmentation massive de l’importation de snus ne vient pas seulement de la consommation chez les sportifs mais de la consommation dans l’ensemble de la population. Cependant, la consommation de snus en Suisse est réglementée de manière problématique. Actuellement, l’importation de snus pour sa consommation personnelle est limitée (maximum 1.2 kg par 60 jours) tout comme la consommation. La vente est prohibée par la loi fédérale sur les denrées alimentaires (LDAI). La réglementation actuelle considère la Snus comme du tabac oral donc pire que le tabac à chiquer et le tabac à priser qui ne sont pas seulement consommables mais également vendables. Du point de vue de la politique de santé, ce préjudice n’est pour aucune raison acceptable. La snus ne représente pas un risque pour la santé plus élevée que le tabac à chiquer ou le tabac à priser. Des études de longue date en Suède, pays où l’on peut produire, vendre et consommer la snus depuis longtemps, montrent que l’augmentation de la consommation de snus a fait baisser massivement la consommation de cigarettes et, par conséquent, les cas de cancer des poumons (la Suède a le taux de cancer des poumons le plus bas d’Europe). L’organisation mondiale de la santé (OMS) a mené une étude dont la conclusion est que la consommation de tabac oral est moins dangereuse que de le fumer.

Par conséquent, l’association « FreeSnus » se battra pour que la Snus soit légalisée en Suisse.
L’interdiction actuelle de la vente est disproportionnée, discriminatoire et injustifiée.

Qu’est-ce qui caractérise la snus suédoise ?

La snus est un tabac oral en forme de petites portions emballées dans des petits sachets. Pour être consommée, la portion de snus se glisse dans la cavité buccale (entre la gencive et la muqueuse buccale). La nicotine est absorbée par la muqueuse. La snus est fabriquée avec des feuilles de tabac auxquelles on ajoute de l’eau, du sel et des saveurs. Les feuilles de tabac pour la snus suédoise sont chauffées (pasteurisées) dans un processus spécial afin d’éliminer les toxicités comme par exemple la nitrosamine. La fabrication suit ainsi les prescriptions de la loi suédoise sur les denrées alimentaires et se différencie clairement des autres snus (comme, par exemple, la snus américaine qui fermente mais qui n’est pas pasteurisée et qui présente ainsi plus de toxicités donc plus de dangers pour la santé).

Développement de la snus en Suisse

La vente des cigarettes industriellement fabriquées en Suisse est en diminution depuis plusieurs années. Le nombre de fumeuses et de fumeurs qui consomment quotidiennement des cigarettes a diminué. Depuis le tournant de millénaire, l’intérêt pour la consommation de tabac sans fumée (tabac à prise ou tabac oral) est présent. Une forme spéciale dans cette catégorie est la snus. L’importation privée de snus a massivement augmenté ces dernières années. Alors que pendant l’année 2000, il y avait seulement 2 kg, la direction générale des douanes a annoncé 28 tonnes rien que pour l’année 2012. Une augmentation récurrente de l’importation a eu lieu depuis le renforcement des dispositions contre le tabagisme passif (interdiction de fumer dans les restaurants, etc…) dans les cantons très peuplés.

Ce développement contredit l’avis de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) selon qui la snus est un produit de niche presque exclusivement utilisée dans le milieu du hockey sur glace ainsi que dans le unihockey. Tout d’abord, le nombre d’athlètes actifs n’a pas augmenté de façon significative au cours de cette période. D’autre part, la corrélation entre le nombre de consommateurs de snus et l’interdiction de fumer dans les lieux publics prouve que la snus est également utilisée en Suisse comme produit de substitution et facilite le sevrage des fumeurs donc l’effet que la politique de santé souhaite.

Les dispositions légales d’aujourd’hui

La consommation de snus en Suisse est actuellement régie par l’article 5 de l’ordonnance sur les produits du tabac et les produits contenant des succédanés de tabac destinés à être fumés (OTAB) : « Les produits du tabac destinés à un usage oral ne peuvent être ni importés ni vendus. Sont considérés comme tels les produits présentés sous forme de poudre, de particules fines ou toute combinaison de ces formes, notamment ceux présentés en sachets portions, en sachets poreux ou sous toute autre forme. Sont exceptés les produits destinés à être fumés ou mâchés. » La loi suisse sur les denrées alimentaires sur laquelle s’appuie l’’OTAB ne réglemente pas explicitement l’usage personnel. La snus devrait donc être légalement importable et consommable. L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) a limité en 2004 l’importation privée à 1200 grammes par 60 jours afin de rendre la revente commerciale impossible.